La cigarette électronique aide-t-elle réellement à arrêter de fumer ?

La plus grande hantise des fumeurs qui souhaitent débuter le sevrage tabagique c’est la sensation de manque. C’est effectivement l’étape la plus dure par laquelle ils doivent malheureusement passer. Si d’autres arrivent à la surmonter, beaucoup échouent et retombent dans leur addiction. Depuis que la cigarette électronique est utilisée dans le sevrage, le taux de réussite a grimpé en flèche, preuve que la vape est plus efficace que les substituts nicotiniques. Voici ce qu’il en est …

Quel est le principe de base des cigarettes électroniques ?

Que vous choisissez un kit pour débutant ou une e cigarette professionnel en kit complet, le principe de base reste le même. Vous devez remplir le réservoir d’e-liquide ou verser quelques gouttes sur la mèche en coton dans le cas où vous utilisez un dripper. Vous appuyez ensuite sur le bouton ON et attendez que l’évaporation ait lieu. Il ne vous reste plus qu’à aspirer la vapeur aromatisée produite au niveau de l’embout buccal.

Comment la cigarette électronique soutient les fumeurs en plein sevrage ?

La cigarette électronique, en tube, dripper ou en box mod, s’utilise de la même manière qu’une clope traditionnelle. On la tient dans sa main puis on inhale la vapeur produite. Le fumeur agit exactement de la même façon. Au fur et à mesure que l’on fume, ces gestuels, à eux seuls, deviennent une addiction. Durant le sevrage, le fait de pouvoir les reproduire rassure les futurs ex-fumeurs et les encourage à basculer petit à petit vers le vapotage. Le dispositif soigne donc leur dépendance vis-à-vis du produit que l’on peut qualifier de dépendance comportementale ou physique. Et ce n’est pas tout !

La majorité des fumeurs deviennent dépendant à cause de la nicotine, ce produit que l’on retrouve dans les feuilles de tabac et qui génère une sensation de plaisir ou d’apaisement chez les fumeurs. Pendant longtemps, on prescrivait des substituts nicotiniques aux personnes désireuses d’arrêter le tabac. Ces substituts se présentent sous diverses formes (gomme à mâcher, patch …) et visent à apporter aux fumeurs la dose de nicotine dont leur organisme réclame sans passer par la combustion. Pour les moins dépendants, les substituts se montrent efficaces, mais lorsque le niveau de dépendance est très élevé, leur efficacité reste limitée.

Certains médecins ont alors eu l’idée de proposer, aux personnes en plein sevrage, l’utilisation d’une e-cigarette à la place des substituts nicotiniques. Dès les premiers essais, les résultats furent prometteurs et le taux de réussite a grimpé. Pour cause : dans le vapotage d’e-liquides contenant de la nicotine, les utilisateurs retrouvent non seulement les gestuels de la clope, mais aussi le goût et les sensations que produisent la nicotine. Ainsi, le dispositif traite à la fois la dépendance physique et la dépendance nicotinique.

L’ancien fumeur ne risque-t-il pas de devenir accro à la vape ?

L’utilisation de la cigarette électronique durant le sevrage vise à faire basculer le fumeur vers la vape afin qu’il décroche totalement du tabagisme. Une fois qu’il réussit cette épreuve, il devient vapoteur, mais cela ne signifie pas qu’il va en être accro.

Dans les premiers temps, il va avoir tendance à beaucoup vapoter pour faire passer l’envie de fumer. Toutefois, dès le sevrage, le médecin va l’aider à trouver la dose de nicotine adaptée à son niveau de dépendance. Ainsi, il ne risque pas de faire de surdosage ou de sous-dosage, les deux étant néfastes.

Retrouvez d’autres informations sur la cigarette-électronique

Pour rappel, seuls les flacons de 10 ml d’e-liquides peuvent contenir de la nicotine. Dans cette petite fiole, le taux de nicotine maximal autorisé est de 20 mg/ml. Le niveau de dépendance sera déterminé en fonction du profil fumeur de la personne. Les plus dépendants auront besoin d’un e-liquide à 16-20 mg/ml de nicotine tandis que les moins dépendants auront besoin d’un e-liquide dont le taux de nicotine se situe à moins de 3 mg/ml. Entre eux, on trouve des doses intermédiaires. Il est aussi possible de se concocter soi-même son e-liquide pour obtenir un taux sur-mesure.

Une fois le taux approprié trouvé, il est conseillé de le respecter pour ne pas devenir dépendant à nouveau. Si vous avez tendance à vapoter trop souvent, c’est peut-être qu’il y a un sous-dosage. Et si vous ressentez des effets secondaires tels que des maux de tête, des vertiges, des nausées …, c’est peut-être parce que la dose est trop élevée. Il est conseillé de l’ajuster puis de réduire petit à petit le taux de nicotine consommé jusqu’à vous contenter des e-liquides non-nicotinés. Ceux-là sont évidemment plus sains, à condition de respecter la formule de base : propylène glycol, glycérine végétale et arômes.

 

 

 

 

Attachment

Cigarette électronique : une aide efficace au sevrage tabagique

Leave a Comment